Nous n’avons pas
assez faim

Lecture à 5 voix, dans le cadre de Détours d’artistes

Lecture par cinq acteurs (Pauline Schneider, Jérôme Chapuis, Simon Labarrière, Anne-Marie Yerly et Ana Martinez) d’extraits de la nouvelle pièce de théâtre de Viviane Aebi, écrivaine fribourgeoise et ancienne résidente de l’Atelier Jean Tinguely à la Cité des arts de Paris.

Synopsis :      

La langue est un trésor de mots dorés et argentés, une banque de lingots linguistiques tous gratuits, gracieusement à portée de main, à portée de lèvres, à portée d’esprit. Quand l’âme manque de mots pour exprimer l’indicible, Robert, le petit Robert, s’en charge. Voilà ce qu’il souffle entre les lignes blanches :

Viol : substantif masculin.

Il n’y a pas eu de traces de lutte, pas de coup, ni de blessure. Sa seule preuve, c’est la trace invisible de la honte laissée sur son corps.

Violence : substance féminine.

Nous n’avons pas assez faim : c’est l’histoire d’une jeune fille bien enveloppée, bien bouboule, carrément ronde qui valdingue dans la vie en essayant de tâter du bout de son pied nu et potelé la substance de l’amour, tout en sachant que l’amour dissimule sa violence, pour le meilleur et pour le pire.